Saison 2012-2013

18 OCTOBRE 2012
SOIREE D'OUVERTURE
Les comédiens chantent.
Avec Anne-Marie Yerly, Yvette Théraulaz, Vincent David, Véronique Montel, Ahmed Belbachir, Jolanda Herradi, Geneviève Pasquier, Benjamin Knobil, Carine Barbey, Georges Grbic, Domenico Carli, Salvatore Orlando, Jean Belbachir, Viviane Pavillon,
Musiciens : Arthur Besson, Gérald Perera.

29 NOVEMBRE 2012. 
PAJAk.
Dessinateur, peintre, écrivain, créateur prolifique. Il publie dans de nombreuses revues culturelles et satiriques, Frédéric Pajak est l'auteur d'une vingtaine de livres parmi lesquels on trouve des récits écrits et dessinés dans lesquels il met en scène Luther, Nietzsche, Joyce, Primo Levi, Pavese, Apollinaire et d'autres.
Pajak n'hésite pas à les tutoyer pour les ramener jusqu'au seuil de sa propre existence et de son entourage contemporain.
Pajak est fou de dessins, il s'en nourrit et parcours le monde pour les cueillir et les rassembler dans son herbier des Cahiers Dessinés qu'il dirige avec un soin aux rigueurs méticuleuses.
A l'occasion de la sortie de son dernier ouvrage Manifeste incertain, consacré à Walter Benjamin
Avec : Pajak, Claude Thébert et Pierre Audétat (piano)

JACQUES PROBST
Aldjia, la femme divisée de et avec Jacques Probst
Avec sa magnifique voix rauque, Jacques Probst nous lira ce
récit adapté d’une histoire figurant dans le Livre des Juges de
l’Ancien Testament. Voyage du souvenir. C’est un hall de gare, où les vitres s’embuent, où le sol est sale. La voyageuse en partance se rappelle d’une équipée ferroviaire, où, face à elle, un homme lit Le Livre des Juges: son histoire. Remontent dans la poitrine d’Aldjia un ballet de souvenirs secs et douloureux. 
« ça swingue, que ça jazze, que ça balance, que ça mâche
et ça décape! » P.Morand
« Jacques Probst gronde et caresse dans le même mouvement. C’est son style. A 53 ans, il a le franc-parler de ses 15 ans et toujours ses yeuxnbleus à la Michel Strogoff. Il a frisé le k.-o. souvent, comme un héros de Jack London, l’un de ses maîtres. Sa vie est un poème. » Le Temps
Avec : Jacques Probst (lecture), Margaux Tatzber (violon)

JEUDI 31 JANVIER 2013.
CARTE BLANCHE AUX ÉDITIONS SAMIZDAT
Le mot « samizdat » vient du russe et signifie littéralement «autoédition». La confidentialité, le secret, le risque. Cette petite maison de poésie fondée il y a 20 ans est animée par deux sœurs jumelles : Denise Mützenberg et Claire Krähenbühl. 
La poétesse grisonne Leta Semadeni sera invitée à lire quelque uns de ses poèmes en romanche. Des poèmes de Sylvain Thévoz, Laurent Cennamo, Silvia Härri, Cesare Mongodi, Elena Jurissevich et Pascal Janovjak seront lus par Geneviève Pasquier et Lionel Frésard, accompagnés par le violoncelliste Pascal Desarzens


« PLANÈTE AGILE » - TOUR DE THÉÂTRE ET DE CHANT AUTOUR DE
JEAN VILLARD-GILLES
Jacqueline Corpataux, Lee Maddeford et Vincent David empoignent leur clé à molette et déboulonnent les textes et chansons du célèbre poète vaudois ! Plus qu’un tour de chant, ils exploitent la théâtralité indéniable des écrits de Gilles en les mettant en jeu de façon décalée, drôle et émouvante. L’œuvre de Gilles est d’une grande richesse, sa mécanique très contrastée. L’intemporalité de ses textes nous invite à la réflexion, à la remise en question. La chanson Dollar en est un bel exemple: « Mais sous un ciel de cendre, vous verrez un soir, le dieu Dollar descendre du haut de son perchoir et devant ses machines sans comprendre encore, l’homme crever de famine sous des montagnes d’or ». En marge de ce constat sans âge, Gilles était également un auteur facétieux et pratiquait l’autodérision avec beaucoup d’humanité : « Prince ou tripier, fille ou marquise, qu’on se le dise, on descend tous du cocotier » (L’homme et le singe).Gilles vouait un amour sans faille au mot dit autant qu’au mot chanté : un amour que le trio approuve (cette fois) sans broncher…
Avec: Jacqueline Corpataux, Vincent David
Lee Maddeford (piano)

JEUDI 28 MARS 2013 

COLLECTIF NOUS SOMMES VIVANTS
Ce qu’ils ont en commun ? L’envie de faire entendre leurs écritures, un certain goût du jeu – théâtral et ludique – et de mieux comprendre le monde d’aujourd’hui par sa représentation. Cinq auteurs de théâtre suisse réunis en collectif prennent la
parole Let's talk about love (and a little bit about sex) !
Quelques textes et des chansons d’amour ou sur ce qui s’y apparente... En français s’il vous plaît.
Avec: Marie Fourquet, Julie Gilbert, Jérôme Richer, Antoinette Rychner, Philippe Soltermann

http://noussommesvivants.blogspot.ch

UNE FEMME A BERLIN!
Un témoignage sarcastique et d'une vitalité incroyable.
Une jeune Berlinoise, rédige son journal, du 20 avril au 22 juin 1945. Les soviétiques sont aux portes de Berlin et s'emparent des femmes allemandes comme d'un butin de guerre. Un témoignage précis, poignant, sarcastique. Ce n'est qu'en 2003 que l'identité de l'auteure, Marta Hillers, journaliste, sera enfin dévoilée et que son récit sera à nouveau publié.
Adaptation: Véronique Montel
Avec : Monica Budde, Véronique Montel et Stéphane Chapuis au bandonéon.


JEUDI 30 MAI
ON N’ENTEND PAS COMME ON ÉCRIT
Le mot « samizdat » vient du russe et signifie littéralement «autoédition». Ici, loin de désigner la pratique du compte d’auteur, il dit plutôt la confidentialité, le secret, 
le risque (sans oublier le tirage limité). Cette petite maison de poésie fondée il y a 20 ans est animée par deux sœurs jumelles : Denise Mützenberg et Claire Krähenbühl. Ces deux grandes dames passionnées de poésie choisiront parmi la cinquantaine d’auteurs édités à ce jour (dont certains en version bilingue) pour donner à entendre 
la musique des mots et la résonance des langues. La poétesse et conteuse grisonne Leta Semadeni sera invitée à lire quelque uns de ses poèmes en romanche.
Des extraits des Histoires de Louise,  magnifique recueil de Claire Krähenbühl paru
en 2011, seront mis en voix et accompagnés par un musicien.
Jeu : Lucienne Olgiati, Renaud Schaffhauser, Edmond Vuilloud,  Cédric Dorier, Ahmed Belbachir
Montage et musique:Renaud Schaffhauser


JE SUIS DRÒLE DE FABRICE MELQUIOT
Monologue pour une actrice de 40 ans. 
Interroger le rire, le besoin de rire ou de faire rire ; obsession contemporaine. L’air ambiant, chargé d’humoristes, de boute-en-train, d’amuseurs.Penser à Aristophane, ou grands poètes comiques qui ferraillaient avec les gouvernants et jetaient de l’huile à rire sur le feu social. Laisser affleurer, en éclats, les constructions mythologiques qui fondent nos individualités.À travers un personnage, Cathy Moulin. Envie de l’arme simple de la parole.  Au fond, ce que cherche Cathy, c’est à contrer la grande entreprise de l’isolement. Son isolement au sein d’une société qui réclame d’elle un rire de plus et la légèreté, quand elle sent que tout est grave, infiniment plus grave…
Avec :Fabrice Melquiot